{Région} Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan: faisons encore un effort pour réussir !
Partager

Réuni en assemblée le 13 octobre dernier à Narbonne, le Conseil Politique Régional d’Europe Ecologie les Verts LR a voté la motion suivante:

Lundi 8 octobre 2012 s’est tenu à Montpellier un Comité de pilotage du projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan.

L’achèvement des 150 derniers kilomètres manquant de la nouvelle ligne ferroviaire ayant vocation à doubler l’historique apportera les conditions nécessaires pour susciter un fort report modal depuis l’autoroute A9 surchargée de Poids Lourds en provenance ou à destination de la péninsule ibérique. 

Prenant en compte la forte opposition manifestée à l’encontre du scénario « Très grande vitesse » privilégié jusque-là, le comité de pilotage s’est prononcé pour le maintien d’un scénario de ligne mixte voyageurs-fret, avec une éventuelle réduction des vitesses maximales.

Europe-Ecologie Les Verts en Languedoc-Roussillon se félicite de ce premier pas.

Pour autant, nous maintenons que les points suivants sont les piliers de l’établissement d’un consensus sur les fonctionnalités, le tracé, son insertion dans le réseau existant et sa capacité à être un vecteur d’un aménagement soutenable du territoire régional :

1. La réduction de la vitesse des transports de voyageurs de 350 à 220 km/h est à la fois la source d’économie nécessaire pour la réalisation du projet et la condition pour ouvrir le champ des possibles du tracé.

2. Cette réduction de la vitesse rend possible polyvalence complète sur la totalité de la ligne, alors que le scénario actuel propose de ne retenir qu’une mixité entre les seuls trains de fret et TGV et que sur le tronçon Montpellier-Narbonne.

3. L’optimisation du report modal doit être recherché en utilisant au maximum le doublet de ligne et en modernisant ou en remettant en service des lignes secondaires qu’il importe de préserver et de développer, ainsi que leurs gares, dont il convient de refuser la fermeture comme à Magalas (34).

4. La décision de construire  deux gares ex-urbanisées supplémentaires à Béziers et Narbonne – en plus de celles de Nîmes et de Montpellier – est une regrettable décision qui a déclenché la compétition territoriale entre collectivités au lieu de la coopération.

Alors que ces deux villes doivent réussir le pari d’une revitalisation économique et sociale de leur centralité, le modèle péri-urbain d’étalement sur lequel s’appuie les deux projets de gares fait peser de lourds tributs au développement soutenable.

Europe-Écologie Les Verts en Languedoc-Roussillon maintiendra toute son attention sur ces quatre points, qui conditionnent l’indispensable réussite de ce projet.

Europe Écologie Les Verts Languedoc-Roussillon estime que le développement du transport et du fret ferroviaires doit être une priorité. Le chemin de fer reste l’alternative de choix par rapport au transport routier, tant pour les voyageurs que pour les marchandises. C’est pourquoi EÉLV LR demande la réduction de la vitesse à 220 km/h, ainsi que la mixité voyageurs-fret sur la totalité de la Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan.