OBSERVATIONS ET  AVIS CONCERNANT L’ENQUETE PUBLIQUE AVENUE DE LA GARE NIMES / PONT DU GARD – AUTORISATION ENVIRONNEMENTALE
Partager

Monsieur le commissaire enquêteur,

 

 

Europe Ecologie Les Verts Languedoc-Roussillon est totalement opposée au projet d’une nouvelle gare TGV ex-urbanisée, loin du centre-ville de Nîmes alors qu’il existe déjà à Nîmes une gare TGV centrale pertinente.

Bien que nous soyons opposés à cette nouvelle gare TGV excentrée, la gare de Nîmes/Pont du Gard et à sa zone d’activité Magna Porta, nous regrettons que ces projets n’aient pas été étudiés et soumis à l’enquête publique, dans son ensemble. Ce découpage du projet global en plusieurs enquêtes publiques nuit à la bonne compréhension du projet, dans sa totalité, et à la bonne appréciation de ses impacts.

Cette troisième enquête publique concerne l’avenue de la gare de Nîmes/Pont du Gard sur le site de Manduel-Redessan.

Mais à aucun moment, pour implanter cette gare nouvelle, n’ont été étudiés le site de Campagnole et celui de Campagne avec leurs impacts environnementaux et écologiques.Il n’y a eu aucune étude des différentes options d’implantation de la gare et de la zone d’activité sur ces différents sites.Il n’y a eu aucune étude comparative.

Et surtout, le raccordement de Saint-Brès n’a pas été, lui aussi, étudié.Pourtant, il évitait l’implantation d’une gare nouvelle excentrée et d’une avenue y conduisant et donc limitait de façon très importante l’emprise foncière nécessaire (artificialisation de terres agricoles) et l’impact environnemental et écologique (espèces protégées menacées et danger de pollution pour la nappe phréatique).

Europe Ecologie Les Verts ne peut que regretter le choix du site de Manduel-Redessan sans avoir étudié les autres options pertinentes possibles et leurs impacts environnementaux et écologiques.

Le choix du site de Manduel-Redessan n’a pas pris en compte plusieurs impacts.

L’impact sur l’air respiré par les collégiens de Manduel lorsqu’ils feront du sport sur le stade existant, bordant la RD3, à l’emplacement d’un futur feu rouge prévu par Nîmes Métropole. Ces collégiens respireront un air pollué par les pots d’échappement des voitures se rendant à la gare.

L’impact sur l’air respiré par les habitants de Manduel et de Redessan et sur l’atmosphère. Le choix de l’implantation de l’avenue de la gare sur le tracé préférentiel augmentera de 400 mètres la distance nécessaire pour se rendre à la gare. Or ce seront des centaines de voitures et des dizaines d’autocars qui circuleront tous les jours. Ce seront donc des dizaines de tonnes de CO2 par an qui pollueront l’atmosphère.

L’impact sur la dangerosité de la piste cyclable qui croisera la RD3 pour les collégiens se rendant en vélo au collège.

Il y a, manifestement, dérogation aux règles de protection de l’environnement.

Ce projet est-il d’intérêt général, pour justifier cette dérogation ?

La gare nouvelle excentrée est pénalisante pour les usagers des transports (moins de facilité d’accès, temps de déplacement augmenté, pollution accrue, surcoût), ne correspond pas à un besoin réel pour l’organisation et la qualité du transport des voyageurs (aucune saturation de la gare centrale de Nîmes-Feuchères).

Elle va occasionner un gaspillage d’argent public.

Elle est destructrice de terres agricoles et d’espèces protégées et elle est nuisible pour l’environnement.

La gare Nîmes/Pont du Gard ne répond pas à une exigence d’intérêt général.

La nouvelle gare serait un pôle d’attractivité pour convaincre les entreprises de s’y implanter.

Mais l’Agglomération nîmoise ne manque pas d’espaces professionnels disponibles pour accueillir de nouvelles entreprises ; le marché-gare, le mas des rosiers et la zone de Grézan à Nîmes, l’actipark de Bouillargues et bientôt la nouvelle zone du Tec à Marguerittes.

La ZAC Magna Porta ne répond donc pas, elle aussi, à une exigence d’intérêt général.

En conclusion, ni la gare nouvelle excentrée de Nîmes /Pont du Gard ni la ZAC Magna Porta ne présentent d’intérêt général, seule raison admise pour justifier de déroger aux règles de protection de l’environnement.

C’est pourquoi, Europe Ecologie Les Verts Languedoc-Roussillon donne un avis négatif  à l’enquête publique – Avenue de la gare Nîmes/Pont du Gard – Autorisation environnementale et demande que la réalisation du projet global soit totalement et définitivement abandonnée.

 

Pour Europe Ecologie Les Verts Languedoc Roussillon,

Nîmes, le 28 février 2018

 

Michèle COMPS

Secrétaire Régionale

michele.comps@orange.fr

06 83 21 93 28

 

Sibylle JANNEKEYN

Porte-parole régionale

sibylle.jannekeyn@hotmail.fr

06 63 20 43 60